« J’ai toujours voulu être infirmière » quand un projet devient réalité !

Catherine Favreau, infirmière au Centre MPR Côte d’Amour, nous explique son parcours pour devenir infirmière, la formation qu’elle a suivis et ce qu’elle a retiré de cette expérience.

Comment êtes-vous devenue infirmière ?

Après le bac j’ai tenté, comme beaucoup, les concours d’infirmières, en vain. Alors j’ai fait une formation d’aide-soignante puis j’ai travaillé au centre hospitalier de Fontenay-le-Comte (en Vendée) avant d’intégrer en 2003 le centre marin de Pen-Bron. En 2006, j’ai été titularisé, ce qui m’a permis de déposer un dossier au CIF pour pouvoir bénéficier d’une promotion professionnelle.

J’ai attendu 7 ans pour que mon dossier soit accepté. 7 ans pendant lesquels, chaque année, je renouvelais ma demande et j’espérais que cette année-là serait la bonne. Enfin mon dossier a été accepté et j’ai commencé la formation à Saint-Nazaire en 2014.

 

Comment se sont passés vos études ?

Ça a été 3 années très intenses avec un rythme soutenu, entre la partie théorique vue en cours et la partie pratique, représentée par les stages. J’ai fait 9 stages, 3 par an, principalement au centre hospitalier de Saint-Nazaire de par sa proximité avec l’établissement de formation.

Ça reste difficile de reprendre ses études 20 ans après, il faut tenir le coup moralement tout en alliant vie de famille et études. Il y a beaucoup de travail personnel à faire en dehors des cours. C’est aussi une remise en question personnelle, un questionnement permanant sur tout ce que j’avais déjà acquis par la passé en tant qu’aide-soignante. Je ne voulais pas y croire au début, mais le deuil de la profession d’aide-soignante est réel. Cela permet ensuite de pouvoir intégrer une équipe et d’être bien dans son nouveau rôle d’infirmière.

 

Qu’avez-vous retiré de cette expérience ?

J’ai appris un nouveau métier, à réfléchir autrement et surtout à appréhender différemment un milieu qui m’était déjà familier. Le métier d’infirmière engendre aussi de nouvelles responsabilités avec son lot de difficultés, qu’il faut apprendre à gérer. Ça été très gratifiant de pouvoir reprendre des études à 40 ans, d’avoir la possibilité d’évoluer dans ma vie professionnelle. C’est aussi une fierté, je ne peux pas le cacher, que d’avoir réussi à décrocher ce diplôme tant attendu !

Comment avez-vous retrouvé votre place dans l’établissement suite à cette formation ?

Le premier jour, où je suis retournée travailler avec ma nouvelle casquette d’infirmière, j’appréhendais énormément, mais finalement tout s’est fait naturellement. J’ai été bien accueillie par tout le monde et j’ai vite retrouvé ma place dans l’équipe.

 

Et aujourd’hui comment vivez-vous ce changement de métier ?

Il faut faire preuve d’humilité malgré la réussite et le nouveau diplôme en poche, car je reste une jeune infirmière dans le métier. J’ai encore tant de choses à apprendre des autres et de leurs connaissances. Il y a une belle entre-aide entre les collègues infirmiers.

Je tiens également à remercier la direction du Centre MPR Côte d’Amour pour m’avoir permis d’évoluer et de retourner travailler au sein de l’équipe en tant qu’infirmière. Il n’y avait en effet aucune obligation de la part de mon employeur puisque j’ai fait une formation par le biais d’un organisme externe.

Le mot de la fin :

Il ne faut pas hésiter à reprendre ses études pour ne pas avoir à regretter. On passe les trois quarts de sa vie au travail alors il faut se donner les moyens de s’y sentir bien et d’aimer ce que l’on fait.

Tags:


----------------

No Comments

Poster un commentaire