Réunion sur l'expérimentation lombalgie commune au Centre MPR Côte d’Amour

Lancement d’une expérimentation sur la lombalgie commune en partenariat avec le Centre MPR Côte d’Amour

Cette expérimentation vise à améliorer la prise en charge des patients en arrêt de travail pour une lombalgie commune. Deux réunions, les 6 et 12 févriers au Centre MPR Côte d’Amour, ont permis de présenter ce projet à près de 130 médecins généralistes et masseurs-kinésithérapeutes sur le territoire de Donges, Montoir-de-Bretagne, Saint-Nazaire et Trignac.

Cette démarche inédite est menée en partenariat avec la CPAM de Loire-Atlantique, des médecins généralistes, des médecins rééducateurs du Centre MPR Côte d’Amour, un radiologue, deux kinésithérapeutes et des médecins du travail. Le but est d’optimiser et de coordonner le circuit de prise en charge des patients lombalgiques, afin d’éviter un risque de chronicité, et d’encourager les liens et la collaboration des différents acteurs de santé des communes concernées.

« 30 % des arrêts de travail de plus de 6 mois concernent en effet des patients souffrant de lombalgie. Cette pathologie entraîne malheureusement de nombreux arrêts et est souvent une cause de désinsertion professionnelle. Un patient sur deux en arrêt de travail de plus de 6 mois ne reprend pas d’activité professionnelle. Fort de ces constats, un groupe de travail pluridisciplinaire a été mis en place afin de déterminer les actions à mener. Notre ambition est de permettre à tous les acteurs impliqués dans le suivi de ces arrêts (médecin traitant, médecin du travail, médecin-conseil, masseur-kinésithérapeute, employeur, etc.) de mieux travailler ensemble tout en bénéficiant des ressources de l’Assurance Maladie. » explique Adeline Bommé, responsable du Pôle Indemnités Journalières à la CPAM de Loire-Atlantique.

Un groupe de travail a donc été constitué, réunissant des médecins de la CPAM, 3 médecins du Centre MPR Côte d’Amour, des médecins généralistes, des médecins du travail, 1 radiologue, 2 kinésithérapeutes libéraux et 2 kinésithérapeutes du centre.

Fruit du groupe de travail, 5 actions ont été déterminées et déployées suites aux réunions d’informations pour les patients du territoire, en arrêt depuis plus de 3 semaines et moins de 3 mois. La création d’un questionnaire dénommé « OOPALE », pour Outil d’Orientation du PAtient LomblagiquE va permettre d’aider les médecins généralistes à mieux identifier les patients à risque de passage à la chronicité. Des filières prioritaires encadrées vont être mise en place pour faciliter et optimiser les délais de prise en charge par les masseurs-kinésithérapeutes, les médecins du travail, le CMPR Côte d’Amour et les radiologues, en fonction du risque de passage à la chronicité. En fonction du score obtenu par l’outil OOPALE, les patients à risque de désinsertion professionnelle modérée seront orientés vers une prise en charge libérale, tandis que les patients à fort risque de désinsertion professionnelle seront orientés directement vers le centre pour une prise en charge multidisciplinaire.

Des formulaires de prescription spécifiques sont mis à disposition des praticiens pour permettre à leurs patients de bénéficier de filières prioritaires.

Différents supports ont aussi été réalisés pour faire connaître le parcours du patient lombalgique et les messages à communiquer par les professionnels de santé. Des conseils et des exercices à pratiquer au quotidien sont également proposés aux patients concernés.

Les objectifs de cette expérimentation sont multiples : lutter contre les fausses croyances, relayer les bons messages, diagnostiquer les risques de passage à la chronicité, améliorer les délais de prise en charge mais aussi la coordination entre les acteurs de santé, et encourager la participation active du patient lors de sa rééducation.

L’évaluation de l’expérimentation est prévue fin 2020.

No Comments

Commenter l'article