Présentation du SErvice Ressource MObile

Depuis le 26 août 2019, le Service Ressource Mobile (SERMO) est venu étoffer l’offre médico-sociale actuelle auprès des personnes en situation de handicap. L’équipe nous présente ce nouveau service.

Qu’est-ce-que le SERMO ?

Dans le cadre du virage inclusif du secteur médico-social, le SErvice Ressource Mobile a été créé par l’association et se trouve actuellement dans les locaux de l’IME & SESSAD La Fleuriaye à Carquefou. Ce service a été pensé à la suite de la demande de l’Agence Régionale de Santé (ARS) concernant la prise en charge des personnes en situation de handicap sans solutions. Un budget pérenne de l’ARS permet de financer ce service.
Notre équipe pluridisciplinaire est composée d’un directeur, d’une coordinatrice, de trois éducatrices spécialisées, d’une assistante sociale et de deux psychologues (tous à temps partiel). Nous avons pour objectif, de faire de la prévention, d’être appui ressource et de chercher des relais afin d’éviter les ruptures de parcours.

Pour que nous intervenions, il faut que les conditions suivantes soient réunies :

  • Être un jeune :
    – entre 0 et 20 ans non accompagné par un établissement (Institut Médico-Éducatif (IME), Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique (ITEP), Institut d’Éducation Motrice (IEM)),
    – disposer d’une notification Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) déficience intellectuelle avec ou sans troubles associés et/ou troubles envahissant du développement,
    – Résider dans un rayon de 30 km autour de Carquefou.

 

  • Ou être un professionnel (exemple : enseignant, protection de l’enfance, personnel de cantine, personnel de centres de loisirs…), hors établissement IME, ITEP, IEM, accompagnant un jeune entre 0 et 20 ans qui se trouve en difficulté dans la prise en charge ou l’accueil de jeunes en situation de handicap.

 

L’équipe peut accompagner de deux façons :

  • De façon indirecte en tant que service ressource :
    Pour des professionnels l’équipe du SERMO peut proposer des temps d’observation, de l’écoute, du soutien, des conseils, des apports théoriques et des outils. Dans ce cas, il ne s’agit pas forcément d’une situation spécifique, mais d’un besoin global, lié à la difficulté à accompagner des enfants en situation de handicap.
  • En direct dans une situation précise :
    Nous pouvons proposer du soutien, de l’information, de l’écoute, du répit, de l’apaisement, etc. auprès du jeune et/ou de ses aidants naturels (parents, grands-parents, fratries …) et des professionnels déjà en place. Dans ce cas, il s’agit d’accompagner une situation spécifique.

 

Après 3 mois de mise en place du service, quels besoins avez-vous recensé sur le terrain ?

Nous avons essentiellement été sollicités pour des situations complexes : déscolarisation des enfants, isolement social et professionnel des parents, situation RAPT (Réponse Accompagnée Pour Tous), accompagnement inadapté etc.
Nous avons également été surpris d’être interpellés pour des enfants en situation de polyhandicap ou présentant des troubles du comportement.

Les besoins repérés les plus importants sont les suivants :

  • Besoin de répit : beaucoup de familles que nous accompagnons sont épuisées, de nombreuses mères ont arrêté de travailler ou travaillent à temps partiel et sont isolées de toute vie sociale. Leurs enfants sont souvent déscolarisés (ou scolarisés à temps partiel), en attente de places dans des établissements médicaux sociaux depuis longtemps (3 à 5 ans d’attente), hors des dispositifs de droit commun. De plus, leurs handicaps demandent beaucoup d’énergie et d’attention.
  • Besoin d’informations : il n’est pas évident, pour les familles, de savoir à quoi ils peuvent prétendre en termes d’aides (financières, humaines, matérielles) et à qui s’adresser dans une offre qui est disparate sur le territoire.
  • Besoin de connaissances théoriques et d’outils pratiques : les besoins de connaissances spécifiques, d’écoute et d’outils sont très importants.
  • Besoin d’écoute et de soutien : les familles et les professionnels que nous rencontrons sont souvent en grande détresse. Pour certains, ils se sentent incompris, oubliés ou sont tout simplement en colère. Ils ont besoin qu’on prenne le temps de les écouter et si possible qu’on accompagne leurs démarches et qu’on les aide à trouver des solutions, même temporaires ou pas totalement idéales.
  • Besoin de relais : les familles sont souvent submergées face aux démarches et aux recherches à faire. Nous pouvons les soutenir dans la mise en place de centres de loisirs, recherche et accompagnement de stages ou de professionnels libéraux jusqu’à leur mise en place etc.

Le mot de la fin :

Pour conclure, nous accompagnons des situations complexes et n’avons pas de baguette magique. Nous ne prétendons pas régler les problèmes mais nous cherchons à mettre en place des solutions partielles et à faire de la prévention. Après 3 mois d’exercice, nous constatons que ces propositions apportent du soulagement aux familles et professionnels concernés. Nous pouvons dire que le SERMO est un tremplin qui permet de rebondir vers des solutions qui n’avaient pas été envisagées ou menées à terme.
N’oublions pas que le SERMO a ouvert le 26 août, nous sommes en cours d’expérimentation et de construction du service. Les mois qui viennent vont nous permettre de réajuster les contours du service. La seule certitude que nous avons c’est qu’il existe des familles en grande détresse.

No Comments

Commenter l'article