Les ateliers de la SIPFP à l'IME Le Val de Sèvre

À la découverte de la SIPFP à l’IME Le Val de Sèvre

Rencontre avec Anne-Sophie et Emmanuelle, monitrice d’atelier et éducatrice technique spécialisée à l’IME Le Val de Sèvre, qui vont nous présenter la SIPFP, Section d’Initiation et de Première Formation Professionnelle. Cette section accueille des jeunes de 16 à 20 ans afin de les accompagner dans la découverte de métiers et dans la construction de leur projet d’avenir.

En quoi consiste la SIPFP, Section d’Initiation et de Première Formation Professionnelle ?

À l’IME Le Val de Sèvre nous avons 5 modules : l’atelier espaces verts, sous-traitance, vie quotidienne, l’atelier pédagogique avec deux enseignants, et d’autres ateliers plus spécifiques. Les jeunes participent aussi à des activités menées par des éducateurs de groupe, à savoir du repérage en ville, de l’autonomie dans les transports en commun pour se rendre sur leur lieu de stage par exemple. Ils participent à des séances de sports adaptés, à des ateliers bois, graphes, zen, musique… Pour les ateliers espaces verts et sous-traitance, nous travaillons autant sur les savoir-faire que les savoir-être.

Les savoir-faire vont concerner l’apprentissage de gestes techniques. Sur l’atelier sous-traitance cela concerne par exemple le pliage d’une feuille de manière précise, l’organisation de son espace de travail et l’application des mesures d’hygiène : nettoyer sa table de travail, bien se laver les mains. C’est également savoir utiliser des outils spécifiques.

Tous ces savoirs vont nécessiter des temps d’apprentissage encadrés par un moniteur. Au fur et à mesure que les acquisitions se font et que l’on sent une certaine assurance dans le geste, on pourra laisser le jeune en autonomie, tout en le contrôlant régulièrement. On a ainsi une progression tout au long des séances.

Pour le savoir-être, nous allons nous concentrer sur la posture du jeune dans le travail, sur sa tenue, le port des éléments de protections individuelles. Nous abordons également la manière de s’adresser aux autres personnes présentes dans l’atelier, comment respecter les espaces de chacun, savoir utiliser son vestiaire avec son casier, ne pas être vulgaire, développer un langage professionnel.

Quand un jeune sort de l’IME ce n’est pas un métier qu’on lui demande de connaitre. Nous lui demandons de maitriser la posture de son corps, la sécurité de son poste de travail et sa propre sécurité et celle de ses collègues, mais aussi le respect des outils. C’est une première étape où ils apprennent la posture professionnelle. Ensuite, en ESAT, ils poursuivront leur formation pour apprendre un métier. Nous essayons de leur donner un maximum de prérequis transférables pour leur projet d’avenir.

Comment se déroule un atelier technique ?

Le jeune est guidé tout au long de la séance. Il y a différentes phases, celle où l’on apprend, celle où l’on expérimente et celle où l’on produit quelque chose. Les jeunes sont guidés individuellement selon leur appétence, leur capacité motrice et leur disponibilité psychique. Il y a aussi des jeunes qui, d’un jour à l’autre, ne seront pas en mesure de travailler sur une machine même si la veille ils étaient disponibles. En tant que professionnel, nous devons constamment nous adapter.

Pour découvrir le travail, nous leur faisons faire des activités qui peuvent paraitre, de l’extérieur, extrêmement ludique mais cela permet aux jeunes, petit à petit, de prendre en compte les contraintes d’une activité et de les amener progressivement dans le travail. Sur l’atelier sous-traitance, par exemple, si un jeune a des difficultés de motricité, nous pouvons lui proposer des travaux d’origami pour ensuite l’amener à faire un travail de pliage et de mise sous pli.

Ce temps de découverte nous permet d’évaluer la compréhension des consignes, l’habilité motrice, l’organisation dans le temps et dans l’espace mais aussi de créer du lien. Récemment pour un jeune nouvellement arrivé sur l’unité, qui ne nous connaissait pas et ne connaissait pas l’atelier, nous sommes parties de ses envies. En procédant ainsi, nous avons établi un lien de confiance qui a permis par la suite d’avoir davantage d’exigence.

Atelier SIPFP

Comment les accompagnez-vous dans la construction de leur projet professionnel ?

Nous avons mis en place des partenariats avec des ESAT pour que les jeunes puissent découvrir le milieu du travail protégé et d’autres activités, tel que la blanchisserie, l’entretien des locaux, le conditionnement et la floriculture. Ces chantiers école permettent de rassurer les jeunes car lorsqu’on leur parle d’ESAT ou de stage, cela leur fait peur. Les emmener régulièrement faire ces ateliers lèvent petit à petit leurs angoisses. Ils peuvent ensuite parler de ce qu’ils ont fait à l’ESAT avec leur famille. Ça aide aussi les parents à mieux se projeter dans l’avenir de leur enfant.
Régulièrement nous allons visiter des ESAT et des entreprises protégées pour qu’ensuite nous puissions formuler des demandes de stages dans ces établissements. Les jeunes, aidés par les professionnels réalisent leur CV et/ou un courrier pour déposer une candidature de stage.

La durée des stages est variable, en fonction des capacités du jeune et de son handicap, allant de quelques jours à plusieurs semaines. Lorsqu’un jeune est accepté en stage, c’est la chargée d’insertion qui va présenter le jeune dans l’entreprise pour prévenir des difficultés qu’il peut rencontrer. Il visite les lieux, rencontre les autres travailleurs et les moniteurs pour se familiariser avec son futur environnement. À la suite d’un stage, un jeune peut être embauché par la structure qui l’a accueilli.

Le mot de la fin :

Lors d’un chantier école, un jour, un jeune m’a fait la réflexion « mais en fait ce qu’on a appris quand on met du courrier sous pli, bah là ça nous sert ». Et en effet nous étions sur un atelier blanchisserie où il fallait compter des serviettes de bain par cinq et les mettre dans des sacs pour les ranger dans une armoire. Cette activité ressemble à ce que l’on peut faire à l’atelier sous-traitance. Tous les apprentissages qu’ils voient à l’IME sont des prérequis qui leurs permettent après d’aller essayer d’autres activités.

No Comments

Commenter l'article